Les programmes

  1. Culture générale

Le programme

La culture générale en classe préparatoire est enseignée à deux voix par un professeur de lettres et un professeur de philosophie.

En première année, le cours prend appui sur un programme commun dont l’essentiel est la notion d’héritage : quelle démocratie nous ont transmise les Athéniens ? Est-elle toujours d’actualité ? Quelles sont les origines communes au judaïsme, au christianisme et à l’Islam ? Quel regard nous permettent-elles de porter sur notre monde déchiré ? Pourquoi les sujets religieux sont-ils si importants dans la peinture occidentale ? À quel moment a-t-on basculé dans un monde de la technique triomphante ? Comment comprendre l’idéal de tolérance transmis par les Lumières ?

Sur ces questions comme sur bien d’autres, le cours de culture générale vise, selon des perspectives différentes, à développer et à nourrir les connaissances de chacun et, en même temps, à favoriser l’exercice du jugement et la capacité de réflexion critique sur les enjeux fondamentaux du monde contemporain. L’intérêt de cette discipline, bien compris de nombreuses écoles de commerce qui la proposent encore dans leur cursus, tient à la diversité des approches et au croisement des regards, source d’une stimulation constante pour l’esprit.

En deuxième année, le programme se resserre autour d’un thème particulier (2010 : la vie, 2011 : l’imagination, 2012 : la société…) qui permet d’affiner et d’approfondir les connaissances acquises en première année.

Les épreuves

À l’écrit, les concours proposent une dissertation sur le thème de deuxième année. La qualité de l’expression écrite, la capacité à construire un raisonnement pertinent et rigoureux, l’ouverture d’esprit et la maîtrise des références culturelles, littéraires et philosophiques en particulier, sont les qualités exigées des candidats.

S’y ajoute une épreuve plus technique : une contraction ou une synthèse de textes, dont les règles, très précises, s’acquièrent par une pratique régulière au cours des deux années de préparation.

À l’oral, l’épreuve varie beaucoup selon les écoles ; mais dans tous les cas, on demande au candidat de savoir mobiliser rapidement ses connaissances, élaborer une problématique pertinente et s’exprimer avec clarté et aisance.

 

  1. Économie

Le programme des deux années de prépa permet d’approfondir les acquis des classes de première et terminale STMG. Une place beaucoup plus importante est accordée à l’économie générale et aux théories économiques.

L’épreuve au concours: une synthèse de documents économiques et/ou suivant les écoles une réflexion argumentée.

Les sujets proposés concernent un problème économique contemporain que l’étudiant doit pouvoir analyser. La démonstration doit s’appuyer tant sur la présentation des faits économiques que sur les mécanismes et théories économiques fondamentales.

Sujets des concours 2016

ESSEC pour la BCE (4h) * Synthèse : 3 documents (mais plusieurs graphiques) sur la stagnation séculaire

* Réflexion argumentée : Productivité et croissance économique

ESC (4h) * Synthèse : 4 documents (plus 1 tableau) sur les positions dominantes dans les plateformes numériques
ECRICOME (4h) * Réflexion argumentée : L’équilibre des finances publiques doit-il être un objectif de politique économique pour les pays membres de la zone Euro ?

*QCM de 20 questions.

 

  1. Droit

Le programme de droit en classe préparatoire s’appuie sur les connaissances acquises en classes de première et de terminale STMG.

– Deux modules en première année de prépa : introduction générale au droit (système judiciaire, sources du droit, modalités de règlement des litiges) et droit civil général (la personnalité juridique, la diversité des droits subjectifs, le contrat, la responsabilité civile).

– Deux modules en deuxième année de prépa : le droit de l’entreprise (l’entreprise et le droit, la concurrence déloyale, le droit de la concurrence) et l’ordre public de précaution (les relations individuelles de travail, le droit de la consommation).

L’épreuve de concours (une seule épreuve d’économie et droit) permet en aux candidats d’analyser méthodiquement une situation concrète (résolution d’un cas pratique), puis de rédiger un développement sur un thème juridique d’actualité juridique (une veille juridique est organisée pendant les 2 années sur le thème officiel de chaque promotion).

Veille juridique : des séances de recherche de l’actualité juridique sont organisées (ex. : nouvelles lois, jurisprudence innovante, articles de presse, exposés d’étudiants).

Exemples de thème : Droit et pouvoir (promotion 2015), La liberté d’entreprendre (promotion 2016), Le droit et la responsabilité sociétale de l’entreprise (promotion 2017).

 

  1. Les langues vivantes

Deux langues sont obligatoires en CPEC. Les langues enseignées au Lycée Pablo Picasso sont l’anglais, l’allemand et l’espagnol ; les étudiants de langues plus rares (italien, portugais, arabe, hébreu) ont accès aux cours dans un lycée voisin.

La maîtrise des langues en CPEC est fondamentale au regard des demandes du marché du travail et au vu des critères de recrutement actuellement en vigueur. Ce sont les seules matières que l’on retrouve à l’écrit et à l’oral de tous les concours.

Enseignement et exigences

On ne peut envisager l’apprentissage d’une langue étrangère sans lien direct et authentique avec le monde correspondant à cette langue ? Il est donc essentiel de lire la presse, écouter les informations des pays dont on étudie la langue.

Cette pratique hebdomadaire doit aussi permettre d’approfondir la connaissance de la culture des zones concernées, des systèmes politiques de ces pays, des grandes pages de leur histoire, de l’actualité récente, mais aussi des cultures nationales dans toute leur diversité… autant de connaissances qui seront demandées lors des concours.

Les épreuves sont à peu près les mêmes en LV1 et LV2

Les épreuves écrites durent 3 ou 4 heures. Elles sont constituées de trois exercices :

1- Une version (tirée du texte ou d’un autre article de la presse ou d’une œuvre littéraire récente).

2- Un thème (basé sur le même principe que la version).

3- Et, soit un texte (un article de journal récent traitant d’un problème de l’actualité en langue étrangère ou en français) sur lequel on pose deux ou trois questions de compréhension, d’analyse et de réflexion auxquelles il faut répondre en langue étrangère avec un nombre de mots limités ; soit un sujet de réflexion sur un thème d’actualité (250/300 mots) ; soit un thème contraction (texte en français donnant lieu à un compte rendu en langue étrangère).

Pour la LV2, le thème est généralement un thème grammatical, c’est-à-dire une série de 10 phrases rassemblant un maximum de difficultés – classiques – de la langue en question. Par ailleurs, l’épreuve de LV2 ne comporte pas d’exercice de thème/contraction.

Les épreuves orales

Elles sont identiques en LV1 et LV2 et durent 40 minutes: 20 minutes de préparation, 20 minutes d’interrogation devant un jury souvent composé de 2 personnes.

1) L’épreuve débute par l’écoute d’un enregistrement authentique (dialogue, informations radiophoniques…) sur des sujets de civilisation extrêmement variés pouvant être des sujets de la vie quotidienne non scolaires ou la lecture d’un article récent portant sur le même type de sujet.

2) Il faut ensuite présenter une synthèse et un commentaire personnel du document avant de répondre aux questions du jury sur certains points précis du document, qui débouchent parfois, selon les langues ou les écoles, sur une discussion plus large.

 

  1. Management et Gestion

L’objectif général du cours de Management et Gestion est de valoriser les acquis des classes de première et terminale sciences et technologies de la gestion dans le domaine du management et dans celui des différents enseignements technologiques de spécialité de la série. Il s’agit de revenir sur les principes étudiés pour les approfondir, de renforcer la maîtrise des fondamentaux notionnels et méthodologiques correspondants.
Le programme est composé de 7 parties :
– Le cadre stratégique de l’entreprise (diagnostic et stratégies),
– La construction de l’offre de l’entreprise (analyse des consommateurs, plan de marchéage),
– L’entreprise créatrice de valeur (documents de synthèse, analyse du compte de résultat),
– La pérennité et le développement de l’entreprise (analyse financière, choix d’investissement et de financement),
– La performance de l’entreprise (analyse des coûts),
– La GRH (GPEC…),

– Le système d’information et de communication de l’entreprise (réseaux).
Le cours prépare à une épreuve de 4h portant sur le management, la gestion et l’informatique. Il s’agit d’une étude de cas de management composé de 4 à 5 dossiers transversaux. Le coefficient est un des plus élevés : entre 7 et 10.

Cette épreuve est un point fort des étudiants.

 

  1. Mathématiques

Le programme

L’objectif principal du programme de mathématiques des classes préparatoires aux grandes écoles voie ECT est de fournir aux étudiants les outils nécessaires à la compréhension des modèles employés en économie et en gestion.

Il s’organise autour de trois grandes parties :

– l’algèbre linéaire avec l’étude des systèmes linéaires et le calcul matriciel ;

– l’analyse avec l’étude des fonctions, des suites et des séries numériques et l’intégration ;

– la combinatoire, les statistiques, les probabilités et les variables aléatoires réelles.

L’objectif est avant tout de consolider les acquis et d’approfondir les notions de l’enseignement secondaire, tout en acquérant une démarche rigoureuse indispensable à la conduite des raisonnements.

Les compétences attendues sont la maîtrise des calculs élémentaires d’analyse et d’algèbre, la capacité à analyser une situation probabiliste, la compréhension des modèles probabilistes et la maîtrise des outils mathématiques nécessaires à la compréhension des modèles employés en gestion.

Les épreuves des concours

Elles ont une durée de 4 heures et sont composées de 3 ou 4 exercices portant sur le programme décrit ci-dessus. Elles se déroulent sans calculatrice.

Il s’agit avant tout pour les étudiants de montrer leurs capacités d’analyse et leur rigueur, leur bonne compréhension des concepts du programme et enfin leurs qualités rédactionnelles.